Google+ Alerter Le ‘15’ : Les règles pour une alerte efficace - La Protection Civile Marocaine
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Protection Civile Marocaine

Alerter Le ‘15’ : Les règles pour une alerte efficace

5 Décembre 2014 , Rédigé par Chakri Mohammed Najib Publié dans #PRÉVENTION

 

L’action des premiers témoins, même si elle est accompagnée de gestes d’urgence permettant de préserver les victimes, n’est pas suffisante. Les premiers témoins doivent donc s’assurer que les secours appropriés sont prévenus. L’alerte permettra ainsi une arrivée rapide de moyens de secours adaptés à la situation.

 

Qui alerter ?

 

Au Maroc, il existe trois numéros de téléphone d’urgence, correspondant à trois services : La Protection Civile, les forces de l’ordre (Police et Gendarmerie). Ces services sont accessibles 24 h/24.

 

  • Protection Civile (15)

 

La Protection Civile doit être prévenus lorsqu’on a besoin de secours médicaux ou non médicaux, par exemple en cas d’accident de la circulation, incendie, malaise, sauvetage...

 

  • Sureté Nationale (19)   / Gendarmerie royale (177)

 

Le 19 et le 177 doivent être prévenus dès que la situation présente un trouble pour l’ordre public.

 

Est-ce grave si je me trompe de numéro ?

 

Non. Les trois services d’urgence (15, 19, 177) sont interconnectés et travaillent en étroite collaboration. Votre message d’alerte sera répété au service adapté.

 

Par ailleurs, rappelez-vous qu’il ne faut jamais hésiter à appeler. Si dans une situation donnée vous hésitez à appeler les secours car vous ne savez pas si cela sera utile, appelez quand même. Votre interlocuteur saura ce qu’il convient de faire.

 

Comment appeler ?

 

Les numéros 15, 19, 177 peuvent être appelés d’un téléphone au domicile d’un particulier, ou de n’importe quelle cabine publique. Avec les téléphones à carte, il n’est pas nécessaire de posséder une carte : composez directement le numéro d’urgence sur le clavier. Dans certains téléphones à pièce, il faut introduire une pièce pour avoir la tonalité. Elle est restituée à la fin de la communication. L’appel est gratuit (sauf sur certains réseaux de téléphone mobile).

 

Que faut-il dire au service de secours ?

 

Le message d’alerte doit être aussi précis que possible. Il ne faut jamais oublier que le service de secours n’a absolument aucune idée de ce qui se passe près de vous. Les moyens de secours qui seront envoyés dépendent donc de ce que vous allez dire.

 

Pour se faire entendre, il est important de parler clairement et calmement. Voilà ce qu’il faut dire, de préférence dans cet ordre :

 

  • Identifiez-vous.
  • Donnez votre nom, et le numéro de téléphone d’où vous appelez. Ce dernier permettra aux secours de vous rappeler, par exemple en cas de problème pour trouver l’endroit
  • Expliquez où vous êtes et comment accéder au lieu de l’accident
  • Donnez l’adresse précise de l’endroit où vous vous trouvez. N’oubliez pas la commune. Si vous vous trouvez au domicile d’un particulier, précisez comment on peut accéder (n° de la porte, étage, code de l’interphone s’il y en a un à l’entrée...)
  • Donnez la nature de l’accident
  • Expliquez s’il s’agit d’un accident domestique, de la circulation, un malaise sur la voie publique, une personne malade chez vous... Décrivez précisément ce qui s’est passé.
  • Précisez le nombre et l’état apparent des victimes.
  • Décrivez ce que vous avez vu, si possible :
  • le nombre de victimes
  • leur sexe et âge approximatif
  • leur état apparent (parle, saigne, transpire, respire...) Essayez de ne pas utiliser de termes médicaux.
  • leur position : debout, assis, couché sur le ventre, couché sur le dos, allongé sur le côté...
  • les gestes effectués et les mesures prises par vous-même ou par les tiers présents
  • Précisez s’il y a des risques persistants
  • Par exemple un risque d’effondrement, d’incendie, d’explosion, de collision...
  • Ne raccrochez pas le premier
  • Attendez les instructions du service de secours.

 

Quelques messages d’alerte pour s’entraîner :

 

Première Situation :

Ce qu’il ne faut pas dire :

Une voiture a renversé un vélo, place AL Massira. Venez vite !

Ce qu’il faut dire 

Allô, le 15 ? Bonjour, je m’appelle BOUZIDI khalid, je vous appelle du 05 56 75 56 77. Je me trouve place Al Massira à Meknès. Je viens d’être témoin d’une collision entre une voiture et un vélo. Le cycliste est blessé. C’est un garçon d’environ 10 ans. Il est allongé sur la chaussée, ne parle pas et ne bouge pas. Une personne l’a allongé sur le côté. Il y a des témoins qui font ralentir la circulation. Que dois-je faire ?

 

Deuxième Situation :

Ce qu’il ne faut pas dire :

Mon grand-père ne va pas bien. J’habite 15 rue El Maari, Avenue les FAR à Meknès. Pouvez-vous venir ?

Ce qu’il faut dire :

Allô, le 15 ? Bonjour, je m’appelle BOUZIDI Khalid, je vous appelle du 06 75 60 99 99. J’habite 15 rue El Maari, Avenue les FAR à Meknès, au 4ème étage, Appartement 16. Mon grand-père est âgé de 74 ans. Depuis quelques minutes, il est faible, il a des sueurs et est pâle. Il a une douleur à la poitrine. Que dois-je faire ?

 

Troisième situation :

Ce qu’il ne faut pas dire :

Nous sommes sur le terrain de foot municipal, à Meknès. Il y a un joueur sur le terrain, il doit avoir une fracture. Il faudrait l’amener à l’hôpital !

Ce qu’il faut dire :

Allô, le 15 ? Bonjour, je m’appelle BOUZIDI Khalid, je vous appelle du 01 34 20 00 00. Je vous appelle du terrain de foot municipal de Meknès. Un homme d’environ 45 ans s’est blessé en jouant. Il se plaint d’une forte douleur à la cuisse, et a un gros hématome. Il ne peut pas se relever. Il est pâle et semble très angoissé. Que dois-je faire ?

 

Source : secourisme.net

 

 

Alerter Le ‘15’ : Les règles pour une alerte efficace

Partager cet article

Commenter cet article

driss 09/07/2017 02:12

Salam aleikoum, Barakoullahoufik mon frère pour ces précisions utiles. Par contre, j'ai été témoin à plusieurs reprises d' accidents de la route, et je dois dire qu'au niveau du temps de prises en charges c'est assez hallucinant. En effet, 45 minutes après les avoir contacté, les secours arrivent enfin sur les lieux du drame, ce qui laisse peu de d'espoir pour une personne en détresse respiratoire ou ayant un infarctus du myocarde. Et à cela on peut ajouter la question habituelle : « il y a t'il du sang? » qui est un indicateur de la prise en compte où non du sérieux de l'appel.

Les service d'ambulance privé semble être plus réactif mais il faut mettre la main à la poche.